BEAUCOUP DE REGRETS

Des accidents de train, Pierre en a vu beaucoup. À la Grande Ravine, se souvient-il, un train de marchandises a déraillé en raison d’une rupture de la plaque de garde, provoquant d’importants dégâts. Les boeufs étaient également à l’origine de nombreux accidents. « Les gens soignaient des boeufs dans la nature. Ils traînaient souvent sur les rails. De nombreux accidents étaient dus par leur présence sur les rails. Il était impossible de freiner à temps. L’accident était inévitable. Un boeuf allongé sur les rails pouvait faire dérailler un train ». Pierre Velleyen continue de nous parler avec passion de sa carrière passée au CPR et au CFR. Il se souvient de tout, une véritable mémoire. Il veut faire partager aux autres son savoir, son histoire, son vécu. Les images défilent dans sa tête, les anecdotes également. Avec lui, on ne voit pas le temps passer. Dans ses propos, on ressent beaucoup de fierté pour cet homme qui a contribué au développement économique de notre île. Beaucoup de regrets, de nostalgie également de vivre – impuissant – à la suppression du Chemin de Fer de La Réunion. Et là, l’ancien conducteur d’autorail ne mâche pas ses mots. « La suppression du Chemin de Fer et du ti train a été une erreur fondamentale pour La Réunion. On paye aujourd’hui les conséquences. Quand le chemin de fer a été liquidé, c’est là qu’on a commencé à parler de chômage à La Réunion. Ce fut un drame terrible, des milliers de Réunionnais se sont retrouvés sans activité, c’était dur pour eux parce qu’ils étaient toujours habitués à travailler. Beaucoup ont été reclassés il est vrai mais une page de notre économie était tournée. Aujourd’hui regardez nos routes comment elles sont embouteillées, on n’arrive plus à circuler. Plus on construit de nouvelles routes, plus il y a de nouveaux véhicules entraînant de gros embouteillages. Si le ti train était encore là, il n’y aurait pas eu tous ces problèmes qui freinent notre économie. Je pense que le Tram Train est une bonne idée, une bonne solution pour régler les problèmes de circulation. On n’a pas d’autres choix, d’autres solutions ». Pierre Velleyen aura beaucoup apprécié la commémoration du 15 juillet 2007 à la mémoire des anciens cheminots du CPR et du CFR. Un grand moment de souvenirs et d’histoire. On l’a même vu monter dans l’ancienne locomotive garée devant la Grande Chaloupe et montrer à Pierre Vergès et à Gino Ponin-Ballom le système de fonctionnement de l’engin. « On ne peut pas oublier d’aussi beaux souvenirs. Rendre hommage aux anciens du CFR c’est vraiment une grande preuve de reconnaissance. Malheureusement, beaucoup d’anciens travailleurs ne sont plus de ce monde, ils auraient aimé partager et vivre avec nous cet événement ». Après le CFR, Pierre Velleyen travaillera quelques années au service de l’Équipement avant d’intégrer la mairie de Saint-Paul comme conducteur de bus et de camion, pendant dix- huit ans. « J’ai fais toute ma carrière sur un véhicule. Mon premier véhicule fut la locomotive », nous rappelle-t-il, d’un air nostalgique.